Soutenance de thèse de M. Mehdi Carmeille | Vendredi 9 novembre 2018

Home/A la une, Actualités/Soutenance de thèse de M. Mehdi Carmeille | Vendredi 9 novembre 2018

Soutenance de thèse de M. Mehdi Carmeille | Vendredi 9 novembre 2018

Mehdi Carmeille présentera et soutiendra sa thèse le vendredi 9 novembre 2018 à 14h30, dans l’amphithéâtre F de l’Enseirb-Matmeca, avenue des Facultés 33400 Talence.

Sujet de thèse : “Faciès, architecture et diagenèse des carbonates du Jurassique moyen et supérieur dans la chaîne du sud-ouest Gissar (Ouzbékistan)”.

 

Résumé du projet de thèse

Cette étude transdisciplinaire incluant sédimentologie, stratigraphie séquentielle, chimiostratigraphie, et géochimie organique et inorganique, examine la série carbonatée du Jurassique moyen-supérieur dans la chaîne du sud-ouest Gissar. Cette série, appelée Kugitang, représente l’affleurement le plus complet de la marge nord du Bassin d’Amu-Darya, une province gazière majeure d’Asie Centrale. La production de carbonates commence au début du Callovien, lors d’un ralentissement de la subsidence tectonique régionale associée à un réchauffement climatique. Un changement majeur dans la production carbonatée et la configuration de la plate-forme est enregistré à la fin du Callovien. Ce changement se caractérise par le passage (i) d’une rampe carbonatée avec un gradient proximal-distal bien contrasté du Callovien inférieur au Callovien moyen voire supérieur (patch reefs et pinacles récifaux, shoals oolithiques, marnes hémipélagiques, etc.) à (ii) un vaste lagon à faciès péritidaux (muds tones, oncoïdes microbiennes, pseudomorphoses d’évaporites, etc.) probablement protégé par des récifs de grande dimension, à l’Oxfordien inférieur et moyen. La surface stratigraphique qui sépare ces deux séquences est interprétée comme une surface d’émersion régionale, enregistrant une chute du niveau marin entraînée par la tectonique et/ou le climat.
Durant la partie terminale de l’Oxfordien moyen, un ou plusieurs bassins intrashelfs sont localisés au sud-ouest de la plate-forme carbonatée. Des carbonates fins nodulaires ou laminés riches en matière organique (TOC jusqu’à 6%) se déposent dans ces bassins (Formation Khodjaipak). Cette formation s’est probablement déposée dans des eaux stratifiées, légèrement hypersalées et anoxiques à dysoxiques, où des tapis microbiens produisent de la matière organique et des carbonates. Ces faciès organiques enregistrent l’initiation de la restriction du Bassin d’Amu-Darya, qui se poursuit avec la progradation d’une sabkha et le dépôt de séries anhydritiques et salifères épaisses. La comparaison des séries sédimentaires met en évidence des évènements stratigraphiques communs entre le sud-ouest Gissar et les autres bassins de la marge nord téthysienne, mais également avec la plaque Arabe située dans le domaine sud téthysien : initiation de la plate-forme carbonatée, excursions isotopiques du carbone, âge et mode de formation des roches mères organiques, etc., impliquant des contrôles climatiques et/ou tectoniques à grande échelle. L’étude pétrographique et géochimique de la diagenèse des carbonates révèle une paragenèse complexe. Certains faciès sont très influencés par la fabrique sédimentaire lors de la diagenèse précoce (ex. dolomitisation préférentielle des terriers). La succession des phases diagénétiques est reliée à la stratigraphie et à la subsidence des carbonates.
Après leur dépôt, les sédiments de la série du Kugitang ont été enfouis à plus de 2 km de profondeur, puis exhumés durant le Néogène. Des phases liées à des fluides chauds et possiblement à la réduction thermochimique des sulfates (dolomite baroque, minéraux soufrés) se mettent en place durant la Mésogenèse, spécialement dans la séquence callovienne. Finalement, les données stratigraphiques à haute résolution obtenues sur les affleurements du sud-ouest Gissar sont utilisées pour aider à la prédiction de la répartition des réservoirs d’hydrocarbures en subsurface du Bassin d’Amu-Darya.

 

Équipe de recherche: EA 4592 Géoressources et Environnement

Directeur de thèse : M. Philippe Razin

Encadrant de thèse : M. Raphaël Boutillot

Membres du jury :

  • Pr. Elias SAMANKASSOU, Université de Genève
  • Dr. Frans VAN BUCHEM, Halliburton Abingdon
  • Pr. Emmanuelle VENNIN, Université de Bourgogne
  • Dr. Marie-Françoise BRUNET, Sorbonne Université
  • Dr. Benjamin BRIGAUD, Université Paris-Sud
  • Dr. Pierre PELLENARD, Université de Bourgogne
  • Dr. Pierre MASSE, Total S.A.
  • Dr. Raphaël BOURILLOT, Bordeaux INP
  • Pr. Philippe RAZIN, Bordeaux INP

M. Carmeille – Résumé long

By | 2018-11-08T12:14:03+00:00 novembre 8th, 2018|A la une, Actualités|